FR / EN

juin 2015


Thorsten Streichardt



Voyage de veille,  juin 2015
« Que voyez-vous en regardant la mer ? »

 

Une croisière à bord du Sémaphore du Créac’h. Les fenêtres sont obstruées avec du papier. Le capitaine se laisse porter par le bruit de déferlement de la houle. Le crayon flotte avec les vagues sonores de la mer, parfois il nage à contre courant ou plonge dans le gris léger de ses traces. Les images arrivent en passant.

 

4:05.523         Lundi 8 juin 2015, 17h34, notre position est de 48˚ 27′ 33″ N, 5˚ 7′ 50” W.
4:37.916         Bonjour mesdames et messieurs. Je m’appelle Thorsten Streichardt, je suis le capitaine du Sémaphore du Créac’h, bienvenue à bord. Notre croisière nous conduira à travers l’Atlantique, la Mer Méditerranée, la Mer Caspienne, l’Océan Indien et l’Océan Pacifique, la Mer de Béring, la Mer Baltique et la Mer du Nord, vers des escales paradisiaques, des sites historiques, en passant par des zones de conflit, des stations balnéaires, et des sites de naufrages célèbres. La température de l’eau est de 12°C, la force du vent 5, la vue est dégagée. Nous larguons les amarres. Je vous souhaite un très agréable voyage.

 

15:45.646       Tant de bois flotté autour de nous…            22:09.737       Nous saluons les cyclistes sur le port.                     32:15.833       Ah, nous empruntons des chenaux plus calmes.                      37:17.689       Des boissons chaudes vous attendent dans la cuisine.                 40:53.779       Nous ne voyons plus le rivage – le radar est allumé.                      43:28.554       Hmm, nous venons de frôler un récif.                       45:26.813       Est-ce que ce sont des mouettes ?             49:07.219       Le vent s’est calmé.              56:56.681       Là-bas, il y a un rocher.                       58:51.503       Les restes d’un bateau viking.                      1:01:05.651    J’entends un bruit bizarre…              1:01:43.928            Regardez, une colonie de phoques.             1:06:05.004    N’est-on pas déjà passé par là – est-ce que l’on tourne en rond ?              1:08:24.663    C’étaient bien des mouettes. Mais étrangement, je n’entends pas le son du moteur.                   1:19:10.534    Je pourrais regarder, pendant des heures, la manière dont la proue du bateau découpe la mer.                     1:23:51.192    Que se passe-t-il dans la soute ? J’espère que le chargement est bien attaché.                     1:26:36.869    Il faut que je boive quelque chose.               1:29:13.020    Ça se refroidit lentement sur le pont.            1:43:19.449    Le radar est cabossé.                       1:50:19.861    Pas facile de capter le vent avec ce radar.             1:58:04.679    Oh, un requin !                       2:00:29.135    Le soleil se couche lentement.                     2:04:06.198    Nous sommes probablement repérés par de nombreux radars en ce moment.

 

2:04:47.672    Mardi, 9 juin 2015. Il fait soleil, la température est de 13°C. Le vent souffle en rafales, Force 8 Nord-Ouest. La température de l’eau est à 13°C.
2:05:14.690    Bonjour mesdames et messieurs. C’est le capitaine qui vous parle. Notre position est de : 48° 27′ 33″ N, 5° 7′ 50″ W. Bientôt, nous aborderons la première étape, les îles Caïmans, où nous recevrons un accueil très chaleureux. Actuellement, notre cargo a une vitesse de 126 nœuds. Nous atteindrons le port de Georgetown dans approximativement 2 heures.

 

2:15:08.629    Pour votre sécurité toutes les issues doivent rester fermées.                    2:24:32.406    Mmh, un gros poisson.                      2:25:48.183    Ou bien seulement un petit ?            2:27:52.591    Aujourd’hui, il n’y a rien à voir sur le radar.                2:32:59.008    Notre cap fluctue fortement.            2:35:22.030    Il faut légèrement infléchir notre route.                      2:40:53.117    Ô, il faudrait que l’on soit libre comme des marchandise dans les eaux internationales.                 2:42:31.909    Là, je me laisse volontiers dériver sur les vagues.               2:50:59.899            C’est merveilleux comment tout fonctionne et se met en place naturellement sans que l’on ait besoin d’intervenir.                    2:55:05.331            Maintenant, soyons un peu efficaces…                   2:56:54.039    D’ici, on peut bien voir les courants et leur circulation.
3:00:20.738    Le vent sera-t-il plus calme aujourd’hui ?                  3:01:22.798    Là-bas, un bateau de pêche !                       3:03:56.631    Hmm               3:04:34.503    Voici une bonne place financière.                 3:10:46.344    Qu’est ce qui flotte à la surface de l’eau ? Ça ressemble à une amphore.                    3:19:38.068    Nous prenons de la vitesse.             3:23:13.145    A propos, l’amphore était vide.                      3:32:34.456            Ah, les premiers bancs de sable des îles Caïmans sont déjà là.               3:37:01.902    Je me demande si ce radar peut trouver quelque chose dans un autre radar.               3:37:34.418    Avec ce vent la mer est en furie.                  3:40:50.618    Une transaction après l’autre.                        3:41:01.706    Ça fonctionne à la milliseconde.                   3:43:14.839    Avec la lumière du phare on ne voit rien du tout.              3:44:21.130    Maintenant, je me laisse simplement dériver.                       3:46:36.740    C’est encore le requin d’hier.

 

3:47:39.139    Mercredi 10 juin 2015. Nous quittons le quai de Georgetown à 20h15. Le vent a encore pris de la valeur, il a un taux de rendement sensationnel de 13%. Reportez-vous à nos conditions générales et maintenez toutes les issues fermées. Vous êtes priés de vous détendre et d’apprécier la belle vue en dégustant, par exemple, l’un de nos vins grecs. Vous pouvez retrouver notre offre complète à “L’Amphore”, notre cave à bord. Notre prochaine destination sera le dix-neuvième siècle.

 

3:54:32.331    Mais il était très belliqueux.                3:55:59.939    Hmm, la première galère déjà.                       4:08:38.803    Un siècle vigoureusement contesté.                 4:09:31.886    Mais aussi diplomatique.                   4:10:33.655    Et administratif, administratif.            4:14:18.755    J’entends des pas.                4:20:19.189    C’est bien de définir tout contractuellement.             4:30:20.961    Il y a encore des terra incognita.                            4:30:42.153    Des tâches blanches sur le papier.              4:43:14.044 Est-ce que j’entends une musique ?                4:43:30.715    Ce sont des chants ?            4:43:50.178    Oui, là, là-bas…                     4:48:29.143    Mais il n’y a pas… il n’y a rien.                       4:53:01.700    Avec persévérance nous parviendrons au but.                   4:53:43.732    Et avec sérénité.                   5:04:44.041            Maintenant il pleut pour la première fois.                   5:07:42.818    Un pronom possessif ?                     5:19:27.019 Ou bien juste la main d’un mort.                   5:26:10.766    Je ne sais plus quoi faire. Est-ce que je suis perdu ?                     5:26:32.577    Ah non, nous suivons le bon cap.
5:30:09.290    Le vent nous porte bien – pleine voiles.

 

5:51:08.343    Jeudi 11 juin 1520. Je pense que nous avons dépassé notre objectif, le dix-neuvième siècle. Nous voguons le long d’une côte inconnue.
5:52:16.036    C’est le capitaine qui vous parle. Malheureusement les instruments de bord ne répondent plus. Mais nous trouverons bientôt la cause et nous reprendrons notre trajectoire. Je vous remercie de votre confiance.

 

5:59:39.823    Combien de temps encore jusqu’à ce que le nouveau motif s’impose ?    6:00:05.919    Je ne le vois pas mais ce n’est pas étonnant avec ce brouillard.
6:04:20.725    Où se trouve donc l’horizon ?                       6:04:47.989    Il ne peut pas être loin.                      6:09:20.088    Encore un rocher qui émerge à peine de l’eau.                   6:09:34.499    Est-ce déjà le continent?                   6:09:44.392    Je pourrais lui donner mon nom…                6:11:13.468    Est-ce le vaisseau Vasco Bamada ?                      6:11:24.259    Ou ce qu’il en reste ?             6:13:26.678    Nous nous orientons avec l’horizon uniquement – pas autre chose.                 6:14:03.924    Je n’arrive plus à voir mon crayon…            6:14:16.266    Et encore moins les étoiles.                   6:15:14.759    Heureusement, il y a beaucoup de bougies à bord.                    6:23:58.918         J’espère que nous avons suffisamment de piliers et de blasons.             6:29:26.438    Je ne sais pas si nous arriverons un jour. Mais peut-être n’est-ce pas si important.                   6:31:22.382    Ici, il y a deux horizons. Comment est-ce possible ?                      6:40:52.416    Non, nous ne pouvons pas rester ici.                     6:41:08.797    Ici non plus.

 

6:53:56.940    Vendredi 12 juin 2015. Il est 10h38. La position du Sémaphore du Créac’h est aujourd’hui de 48° 27′ 33″ N, 5° 7′ 50″ W. Le temps est brumeux et la température douce, 14°C. Pas de vent. Depuis que nous avons passé la Terre de feu avec succès, nous n’avançons plus, c’est le calme plat. Notre arrivée aux Moluques sera retardée d’environ 80 jours. Je vous remercie de votre compréhension.

 

7:54:51.288    Une amphore où l’anse s’agrippe à l’intérieur – je n’ai encore jamais vu ça.                       8:11:14.063    Est-ce que j’entends des sirènes ?                    8:15:00.748    Il y a quelqu’un…                   8:28:23.097    Hmm, votre squelette est intéressant. Il me faut assurément une radiographie – si ce n’est l’original !

 

8:34:21.085    14 juin 2015, 5h12. Qu’est ce que je vais pouvoir dire aux passagers ? Cette nuit, le moteur est tombé en panne. Si l’on s’en tient à la constellation des satellites nous voguons le long des Philippines. Toutes les épices nous abandonnent peu à peu.

 

8:40:07.286    A-t-on un contact radio ?                   8:50:57.246    Une magnifique plage de sable fin…            8:54:02.966    Qui a encore besoin de radar aujourd’hui ?                  8:58:25.070    Hmm, il nous faut un peu plus de sérénité.              9:02:07.272    [Dring, dring…] Heureusement, le téléphone portable marche encore. Nous avons du réseau.                       9:36:47.867    La gueule/m[ts1] âchoiregrande ouverte. La gueulegrande ouverte !                     9:41:45.428    J’espère que nous ne nous échouerons pas – comme l’Olympic Bravery en 1976.                     9:49:55.549            Aucun navire en vue.            9:50:30.207    Aucune terre non plus !                     9:54:23.354    Nous ne pouvons pas voir les courants les plus dangereux.                     10:05:22.968  Ce sont les transitions qui comptent.
La bouche d’un serpent ou monstre de la mer. Une idée ?

 

10:26:02.352              Bonjour mesdames et messieurs. Nous sommes lundi 15 juin 1984. Notre radeau de luxe vogue à une vitesse de 4G vers le Cap de Bonne-Espérance. Nos spécialistes TIC à bord du Sémaphore du Créac’h ont créé vos profils personnels de sauvetage pour organiser notre naufrage commun de la manière la plus équitable et agréable qui soit. Merci de veiller à ce que vos téléphones soient bien connectés et allumés.

 

10:29:34.396              Est-ce que toute la mer est cablée ?            11:15:55.600              Encore un sauvetage par les airs ?              11:17:17.916              Des fibres optiques…                       11:18:06.964              Ou s’agit-il de déchets électroniques ?                     11:23:51.861              Il faut attendre.

 

11:27:44.884              Chers passagers, le Sémaphore du Créac’h a la chance de pouvoir compter sur l’aide des passeurs pour nous conduire au port sécurisé du Cap. Au débarquement, préparez-vous à donner des objets de valeur pour alimenter la caisse de retraite de leurs associations. Dès que les techniciens auront réparé les moteurs et les machines, nous reprendrons notre route. Merci.

 

12:24:26.956              Si seulement j’avais de la peinture à l’huile.              12:34:21.400              Être aussi léger et ample qu’une voile.                     12:35:51.232              Il ne manque qu’un coucher de soleil.                      12:37:51.793              Encore des interférences, il faut  ajuster le radar.              12:42:07.513              Il n’y a vraiment pas de quoi rire – ou alors seulement très peu.                 12:48:00.836              Un bateau à vapeur !                      13:52:18.190              Il revient encore, le mort.

 

13:52:36.293              Mercredi 17 juin 18h30. Notre position est de : 48° 27′ 33” N, 5° 7′ 50” W. Le brouillard est épais avec une distance de visibilité à 80 cm. Chers clientes, chers clients, après une courte escale nous poursuivons notre voyage de découverte. Merci de placer vos marchandises non taxées dans la zone de quarantaine. Elle est située dans le container virtuel sur le pont Q-10. – Encore une suggestion : au Sunset, votre solarium, une soirée romantique vous attend.

 

14:38:09.254              Enfin, la mer s’agite un peu…                       15:06:35.517              Celui-là dort comme une pierre.                     15:22:11.652              Sur toute cette étendue, les appareils ne sont pas performants.                5:25:19.840                Le radar est bien trop rapide.            15:29:11.684              Avec mon imagination, je ne veux pas le suivre.

Performance au Musée des Phare et Balises de l’Île d’Ouessant le 21 mai 2017.

Deux ans plus tôt, lors de la résidence, les fenêtres du Sémaphore du Créac’h avaient été occultées avec du papier. Les bruits extérieurs du vent et de la mer avaient été amplifiés à l’intérieur de la salle de veille. Le dessin s’accompagnait des sons de la côte, du crayon et de la voix du capitaine.

Pour sa performance, Voyage de veille, Thorsten Streichardt continue son dessin réalisé au sémaphore. La disposition des feuilles de papier reprend celle des fenêtres de la salle de veille. Une bande son diffuse les enregistrements de la mer. Le crayon est amplifié. L’artiste poursuit son récit, en embarquant cette fois-ci les visiteurs du musée.

Cette histoire maritime de pouvoir et de violence n’est pas terminée…