FR / EN

Exposition


EX.PDF : Exposer les écritures exposées



EX.
PORTABLE
DOCUMENT
FORMAT

Avec les écritures de : Adrien Abline, Julie Béna, Clélia Berthier, Étienne Bossut, Nicolas Chardon, Claude Closky, Claudia Comte, Guillaume Constantin, Antonio Contador, John Cornu, Bruno Di Rosa, Peter Downsbrough, Ivan Liovik Ebel, Christelle Familiari, Michel François, Ann Guillaume & Tom Bücher, Ann Veronica Janssens, Joséphine Kaeppelin, Isabelle Lartault & Michel Verjux, Quentin Lefranc, Muriel Leray, Claude Lévêque, Jonathan Loppin, Mathieu Mercier, Grégoire Motte, Samir Mougas, Pierre la Police, Éric Pougeau, Marine Provost, Babeth Rambault, Francis Raynaud, Lili Reynaud-Dewar, Claude Rutault, Éléonore Saintagnan, Yann Sérandour, Agnès Thurnauer, Hélène Travert, Mathieu Tremblin, Capucine Vandebrouck, Philémon Vanorlé / Société Volatile, Christophe Viart.

Activations par : Marcel Dinahet & Ann Stouvenel, Théodora Barat, Élie Godard, et les futurs résidents.

Commissariat : Finis terrae.
Une proposition du label hypothèse.
Projet labellisé par la MSHB, en partenariat avec le CELLAM / EA3206.
Dates : Juin 2020 – ?
Lancement le 26 juin, à l’occasion de l’anniversaire des 10 ans de Finis terrae > les infos ici : http://www.finis-terrae.fr/escale/10-ans-de-finis-terrae/
Les matériaux utilisés sont biodégradables.

Concept éditorial et curatorial, EX.PDF [EX.Portable Document Format] explore différentes formes d’écritures d’ores et déjà montrées publiquement que ce soit dans un cadre urbain, éditorial ou encore artistique. En relation avec des pratiques contemporaines, EX.PDF propose un ensemble d’images réunies dans un porte-document. Édité en 15 exemplaires et intimement lié au principe du « Do It », ce dernier a pour vocation d’embrayer plusieurs expositions, sous l’impulsion de différents curateurs au sein de différents lieux d’exposition.
Exponentiel, EX.PDF réunit ainsi plus d’une quarantaine de propositions – croquis, fragments textuels, vues d’expositions, photographies documentaires, caviardages, etc. – qui, chacune à leur manière, mettent en lumière, au fil des monstrations et des contextes, des effets de sens relatifs aux écritures (ré)exposées.

Le 26 juin 2020 au large de l’île d’Ouessant, Ann Stouvenel et Marcel Dinahet lancent une bouteille à la mer, depuis le bateau de ce dernier, accosté non loin du sémaphore du Créac’h. Abrité par la lumière du phare du même nom, le sémaphore fut réarmé il y a une dizaine d’années en résidence d’artistes, par le département du Finistère. Depuis, le centre d’art insulaire Finis terrae invite des artistes de tous horizons à prendre un temps de recul au sein de cet ultime bâtiment avant l’Amérique.
Les écritures exposées sont expédiées à la manière des poètes d’un autre temps, celui de la lenteur, de l’espoir, du désintéressement. L’intégralité des affiches est confiée aux artistes venant en résidence, au fur et à mesure de leur arrivée. Ainsi les écritures exposées réexpédiées, annexées par une simple note explicative et contenant l’adresse retour, prennent le large et naviguent entre deux eaux. Elles pourront alors voyager. Filer vers le Nord ou s’égarer dans l’Atlantique. S’échoueront-elles sur l’île aux Marins à Saint-Pierre-et-Miquelon ? Croiseront-elles les baleines sur le Saint-Laurent en direction de Montréal ? Bifurqueront-elles vers les États-Unis et les grandes métropoles ? Dans cette dérive homérique, le chemin sera t-il leur vraie destination.


Dossier de présentation :
ex-pdf-presentation-bd